Souhaiter « Jumu’a Mubarak »
est-ce une innovation ?

 

 

 

 

Pour quelques tristes raisons, les gens demandent sans cesse de préciser si le fait de souhaiter un « Jumu’a Mubarak » (Vendredi Béni ou bon vendredi) est une innovation [1]. Cet article, inshaa’ Allâh, permettra d’avoir un éclairage sur ce sujet.

 

Question :

Récemment, j’ai visionné une vidéo sur YouTube dans laquelle un homme affirme que se souhaiter mutuellement un « bon vendredi » est une innovation? Est-ce vrai?

 

Réponse :

Les Savants spécialisés dans le domaine de la fatwā (les avis juridiques) ont divisé les actes entre culte et coutumes. Les deux sont au cœur de notre foi et les savants ont accordé à chacun une attention considérable. Pour cette raison, le premier doctorat accordé par l’université al-Azhar dans les années 20 portait sur l’Islam et la coutume.

 

Les coutumes et les cultures sont embrassées par l’Islam

 

La coutume est si importante qu’elle constitue l’un des cinq principaux axiomes de la loi Islamique. Al-Qādi al-Hussein ash-Shāfi’i رحمه الله a écrit : « L’utilisation de la coutume est l’un des cinq principes sur lesquels repose le droit Islamique ».

L’Imām as-Suyyuti رحمه الله les a mentionnés dans Al-Kawāqib al-Sāt’i :

« La certitude n’élimine pas le doute et l’Islam supprime tous les dommages.
La difficulté apporte la facilité et la coutume (pour le fiqh) est un point de référence
Quelques-uns en ont ajouté un cinquième : chaque acte d’une personne est basé sur son intention. »

 

Le rôle de la coutume dans la Fatwa

 

ʻAbdullah ibn Masūd رضى الله عنه avait pour habitude de dire : « Ce que les Musulmans jugent comme étant bon est bon. »

Dans la collection de hadiths authentiques de l’Imam al-Bukhāri (dires ou traditions du Prophète ﷺ), sous le chapitre dédié au commerce, nous trouvons un titre intéressant pour la 95ème section :

بَابُ مَنْ أَجْرَى أَمْرَ الأَمْصَارِ عَلَ مَا يَتَعَارَفُونَ بَيْنَهُمْ فِي الْبُيُوعِ وَالإِجَارَةِ وَالْمِكْيَالِ، وَالْوَزْنِ، وَسُنَنِهِمْ عَلَ نِيَّاتِهِمْ وَمَذَا هِبِهِمِ الْمَشْهُورَةِ

(Nom du) Chapitre : Lorsqu’il n’y a pas de jugement fixe, il est fait référence aux traditions et usages d’une communauté ; Les coutumes et les normes sont une partie importante de notre foi.

En commentaire, le grand Imam ibn Hajar رحمه الله a écrit : « Le but de ce titre est d’établir le recours à la coutume dans le droit Islamique ».

Cela ne veut pas dire que toute coutume est reconnue par l’Islam. Ainsi, pour en savoir plus à ce sujet, il est recommandé de consulter un spécialiste local ou les livres de usūl al-fiqh (fondements de la Jurisprudence Islamique).

 

La règle concernant les coutumes et les affaires courantes est la licéité

 

L’Imām Ibn Taymiyyah رحمه الله a écrit que les fondements de l’école de l’Imam Ahmed sont au nombre de deux :

1. Les coutumes sont autorisées sauf s’il existe un texte clair les interdisant.

2. Il est interdit d’inventer des actes de culte à moins qu’un texte clair ne le permette.

Ensuite, il a défini la coutume en ces termes : « Les coutumes sont les habitudes des gens en matière de nourriture, de boissons, de vêtements, de transport, de conversation et autres activités quotidiennes normales. Ainsi, elles ne devraient être interdites que par Allâh ou Son Messager par le biais d’un texte explicite, général ou d’une analogie appropriée. Sinon, la règle générale à leur égard est la licéité ».

À partir de la définition donnée par Ibn Taymiyyah, nous comprenons que les coutumes se divisent en deux parties : les paroles et les actes.

Ibn Hajar a déclaré : « La coutume joue un rôle dans la détermination du sens explicite des mots. » Cela implique que si une personne utilise un mot qui est exclusif à sa culture, la coutume connue est utilisée pour en déterminer ses implications. Pour cette raison, l’imam ad-Dardīr رحمه الله a fait remarquer que les Mālikites avaient formulé l’axiome suivant : « Les coutumes sont comme des conditions ». Les salutations comptent parmi les usages importants des mots.

 

Les salutations

 

Les érudits s’accordent pour dire que les salutations relèvent des mu`amalāt (activités quotidiennes) et font partie des coutumes liées à la parole. Dès lors, les salutations exemptes de tout mal sont considérées comme licites. Pour cette raison, quand Talha رضى الله عنه (un grand compagnon du Prophète ﷺ) a salué K`ab رضى الله عنه avec la bonne nouvelle du pardon de ce dernier, celui-ci n’a pas été censuré par le Prophète, K`ab ou par les autres compagnons (qu’Allah soit satisfait d’eux tous).

Sur la base de ce principe important et du grand nombre de textes généraux qui nous encouragent à bien parler et à être doux avec les autres, il est exagéré de dire qu’une telle salutation est une innovation. Pour ceux qui veulent approfondir le sujet, l’Imām ash-Sakhāwi رحمه الله (grand maître de hadith et étudiant principal de l’éminent maître dans cette discipline, l’imam Ibn Hajar al-Asqalani) a noté cela plus en détail dans al-Tahina bi alsh-Shūr wa al-Ayad (Les Salutations pendant des mois et les vacances).

Par ailleurs, il est rapporté dans des récits bien authentifiés et solides que notre Prophète ﷺ nous a appris que le jour de Vendredi est un ‘Aïd (jour de fête) pour les Musulmans. [2]

Nous savons que, tout comme l’Aïd, le Vendredi est un jour qui renferme de grandes bénédictions – un jour où nos œuvres sont acceptées, nos péchés sont pardonnés et nos prières exaucées.

l’Imam Sakhawi considérait que l’exemple général des Compagnons se félicitant mutuellement lors des occasions bénies constituait un précédent suffisant pour que les Musulmans puissent le faire également au cours de mois spéciaux et des « ‘Aïds » (ce qui inclus le vendredi, comme établi par de solides rapports Prophétiques).

Enfin, notons que le fait de dire « Jumu’a Moubarak », revient à dire « que Allâh bénisse ton Vendredi ». Cette phrase n’est donc rien d’autre qu’une invocation (dou’a) formulée par un Musulman envers un de ses coreligionnaires. Il n’y a en cela rien de blâmable, quand bien même la formulation précise n’aurait pas été prononcée par le Prophète ﷺ ou un de Ses Compagnons. Cela constitue un acte de piété et nous demandons qu’Allâh accepte nos pieuses invocations, ainsi que les vôtres.

À la lumière de ce qui précède, il apparaît qu’il n’y a rien de mal à féliciter son compatriote Musulman le Vendredi avec une phrase telle que « Jumu’a Moubarak ». En tant que « phrase », elle est peut-être certes nouvellement inventée, mais en tant que « signification », elle coïncide parfaitement avec le point de vue Islamique du Vendredi et de ses mérites.

Enfin, Si vous souhaitez lire un exposé détaillé sur le concept de l’innovation (bida’a) en Islam, nous vous recommandons de l’article suivant : Existe-t-il de bonnes innovations en Islam

Qu’Allah nous bénisse par le tawfiq (succès).

Et Allâh est plus Savant

Wassalam

 

Notes :

Réf : Imam Suhaib Webb, Sheykh Faraz Rabbani, Sidi Faraz A. Khan

[1] Sous entendu, une « mauvaise » innovation.
[2] Ibn Majah, Sahih Ibn Hibban

Partage