L’Islam encourage-t-il le Mariage ou le célibat

 

 

 

Règle : Le mariage ne porte nullement ombrage à l’ascèse (az-zuhd) [1]

 

– Explication –

Le mariage fait l’objet d’un accord unanime (‘ijma) du point de vue de la Loi et de la coutume. C’est une pratique bien établie et il s’agit d’un signe de perfection et de sincère virilité pour l’homme.

Allâh dit dans la Qour’an : « Parmi Ses signes est qu’Il a créé pour vous à partir de vous-même des épouses afin que vous trouviez auprès d’elles le calme (quiétude) et le gîte et qu’Il a établi entre vous des liens de tendresse (affection) et de miséricorde. Il y a en cela des signes certains pour des gens qui méditent » [2]

La mariage est par ailleurs une recommandation Prophétique, une incitation à multiplier sa descendance. Selon le Messager d’Allâh ﷺ, celui qui en a les moyens est incité à se marier pour protéger ses parties intimes (des péchés) et cela aide à baisser son regard.

L’argument le plus solide, c’est l’exemple Prophétique : se marier est la Sunnah de l’envoyé du Seigneur des Mondes ﷺ. Le Messager d’Allâh ﷺ a d’ailleurs eu plusieurs épouses et en tant qu’exemple pour l’Humanité, si cela avait été nuisible il ne se serait pas marié, le nombre de ses épouses aurait été inférieur et il nous l’aurait déconseillé ou interdit.

De même, les plus ascètes des hommes parmi les Compagnons et compagnonnes et ceux qui leur ont succédé se sont mariés sans que cela ne leur nuise (au contraire), et parfois avec plusieurs épouses. D’ailleurs, certains auraient détesté rencontrer Allâh en tant que célibataires. Il est à noter également que lorsqu’une femme devenaient veuve, il était fréquent qu’elle se remarie.

Le célibat fut déconseillé, bien qu’il puisse renfermer une répression (positive) du désir et qu’il puisse être une marque de retenue (pour celui qui en fait le choix et qui est capable de cela). De grands rapprochés d’Allâh furent célibataires non mariés, comme saydinna ‘Issa عليه السلام, ou les Imams an-Nawawi ou ibn Taymiyyah الله يرحمهم. Parmi les femmes, on peut citer saydda Maryam (‘alayha salaam). Si l’ascèse de ces grands personnages ne souffre d’aucun doute, cela ne signifie pas pour autant que s’ils avaient été mariés cela aurait nui à leur état. Il est d’ailleurs rapporté que saydinna ‘Issa عليه السلام se mariera lors de son retour sur terre et il est certain que son rang auprès d’Allâh n’en sera nullement affecté de manière négative.

Cela dit, si cette capacité de retenue est louable, le Prophète Muhammad ﷺ est d’un rang encore plus élevé que n’importe quel autre créature et il possédait d’ailleurs lui aussi cette capacité de retenue et ce au plus haut niveau, mais malgré cela, le nombre élevé de ses épouses n’a nui en rien à son rang ou à son adoration d’Allâh. Au contraire, cela l’a renforcé, car il protégeait ses épouses, assurait leurs droits, œuvrait pour elles et s’employait à les guider et à les diriger. Son intérêt pour ses épouses ne se limitait pas au seul plaisir mondain et temporaire, mais il touchait aussi à l’aspect intellectuel et spirituel.

Pour ce qui est du célibat et de l’ascèse, on a observé dans d’autres religions, ce que cela peut donner comme dégâts et conséquences désastreuses chez ceux qui revendiquent assumer cette abstinence, sans en avoir la force spirituelle, se retrouvant ainsi confrontés à leurs propres limites.

Un jour, trois Compagnons رضي الله عنهم se présentèrent un jour auprès des épouses du Prophète ﷺ pour les interroger quant à sa vie privée en disant : « Comment le Prophète vivait-il ? » Alors qu’elles racontaient des éléments de sa vie privée, l’un d’entre eux déclara : « Quant à moi, je n’épouse pas les femmes » (prétendant observer le célibat). Le deuxième déclara : « Quant à moi, je prie et je ne dors pas » et le troisième déclara : « Quant à moi je jeûne et je ne mange pas ». Ayant pris connaissance de leurs propos), le Prophète ﷺ loua Allâh, fit Son éloge, et dit : « Je connais Allâh mieux que vous, je le crains plus que vous, mais la nuit, je prie et je dors, le jour, je jeûne et je mange, et j’épouse les femmes. Celui qui se détourne alors de ma tradition (Sunnah) n’est pas des miens ». [3]

Croire qu’il est nécessaire de sacrifier une vie de famille pour arriver à être un bon Musulman ou un ascète accompli est faux et va à l’encontre de la Sunnah. Cette conception du sacrifice selon laquelle il faut tout abandonner (et donc le mariage) est une erreur, c’est un moyen par lequel Shaytan souhaite nous éloigner d’Allâh. Abandonner son travail, sa famille, sa maison, etc. n’est pas suffisant pour atteindre la proximité d’Allâh. L’ascétisme (az-zuhd) consiste à détacher son cœur de la douniya et non à détacher son corps extérieur de la douniya (bas-monde). L’ascétisme ce n’est pas se placer hors du monde, c’est placer le monde en dehors de soi. En Islam, la vie monastique [4] n’existe pas. Un Musulman peut effectuer des retraites spirituelles ponctuelles, mais pas s’isoler de manière permanente. S’éloigner de ce monde n’est pas une solution, on peut devenir un Waliy (ami – rapproché) d’Allâh tout en restant là où on habite, tout en continuant à travailler, tout en aillant une famille. On n’a pas besoin d’abandonner les gens (sa femme, ses enfants, ses parents, etc.) ni leur droit pour se rapprocher d’Allâh Ta’ala, au contraire en remplissant ses obligations, on effectue ce sacrifice et on se rapproche d’Allâh. C’est l’attachement, l’obéissance et la force relationnelle que l’on a avec Allâh qui détermine la proximité avec Lui et pas seulement l’adoration extérieure et solitaire (prière, jeûne…). De plus, c’est dans nos relations aux autres que nous sommes testés, donc il serait vain de vouloir atteindre cette proximité en s’isolant.

Enfin, il n’est pas nécessaire que son époux/se soit un(e) “saint(e)” pour cheminer vers Allâh. Certains Awliyas sont arrivés à des niveaux très élevés justement grâce au bon comportement dont ils ont fait preuve à l’égard d’épouses (ou d’époux) qui étaient parfois difficilement supportables [5]. Le Prophète ﷺ, qui fut le plus grand de tous les ascètes, n’a-t-il pas dit ﷺ : « Le croyant qui a la foi la plus complète est celui qui a le meilleur caractère et le meilleur d’entre vous est celui qui traite le mieux son épouse. » ? [6] Nous apprenons de ce hadith que le bon traitement envers sa femme, son mari et sa famille compte parmi les actes les plus aimés d’Allâh et de Son Messager ﷺ.

Se marier est donc une Sunnah importante et bénéfique, qui fut plébiscitée par le Messager d’Allâh ﷺ pour le bien être physique et spirituel des croyant(e)s.

Et Allâh est plus savant.

 

Notes :  

[1] Al-Qadiyy ‘Iyad dans ash-Shifa’
[2] Qour’an, s30, v21
[3] Al-Bukhârî & Muslim
[4] Relative aux moines qui quittent tout et vivent cloîtrés, parfois dans le silence, le célibat et la solitude, pour se consacrer exclusivement aux activités religieuses.
[5] A ce propos, lire notre article sur la colère, dans lequel des exemples sont cités
[6] At-Thirmidhi, selon Abou Houreyra

Partage