L’effet des Awliyas (Les Amis d’Allâh)

 

 

Awliyas

 

 

Alors qu’il se promenait en ville, le grand Imam et Mutasawwif Abûl Qasim al-Junayd al-Baghdadiyy (radhia Allâhu ‘anhu) passa à proximité de l’endroit où se déroulaient les peines publiques (hadoud). Les gens étaient rassemblés et il y avait là un homme dont on allait couper la main et le pied. Il s’arrêta et demanda pourquoi cet homme allait ainsi être puni. Les gens lui répondirent qu’il s’agissait d’un bandit multirécidiviste. Il avait déjà été attrapé à plusieurs reprises et à chaque fois le Juge (Qadi) lui avait pardonné, mais cette fois-ci, face à ses nombreuses récidives, le juge avait décidé de le punir.

En dépit du fait que sa main et son pied furent coupés, le bandit continua ses activités malhonnêtes et demeura un leader du banditisme. Jusqu’au jour où, commettant un délit de cambriolage, il tua plusieurs habitants de la maison dans laquelle il était en train de voler. Cette fois-ci, suite à ces meurtres, le Juge ordonna qu’il soit exécuté.

Alors que la sentence allait être accomplie, l’Imam Junayd saisit le pied du bandit (celui qui restait) et l’embrassa. Tous les gens présents furent surpris et choqués, car l’Imam était connu comme étant un grand savant et comme faisant partie des personnes les plus pieuses de tous les temps, alors que l’autre n’était qu’un criminel. Ils pensèrent que l’Imam embrassait le pied d’un criminel. Tout le monde se demanda ce qui était en train de se passer. Un des Murids (disciples) présents demanda à l’Imam s’il pouvait donner une nassiha (conseil) afin de retirer toute confusion dans l’esprit des gens et qu’ils ne pensent pas du mal d’un des Awliya d’Allâh.

L’Imam Junayd al-Baghdadiyy répondit : « Ce n’est pas son pied que j’ai embrassé. Cet homme est un multirécidiviste et malgré les punitions infligées, il est resté déterminé. Il possède cette qualité nommée Istiqama (constance). J’aimerai que Junayd soit aussi ferme dans le suivi de la Sunnah de Saydinna Rassoul Allâh (salallâhou ‘alayhi wassalam), de sorte que même si ma main allait être coupée je continuerai tout de même la Sunnah, mais je n’ai pas ce courage et il est probable que je chercherai à sauver ma main. Lui sa main et son pied ont été coupés. J’aimerai être aussi constant dans le suivi des Lois d’Allâh et ce, même si je devais perdre une main et un pied. C’est cette qualité d’Istiqama que j’ai embrassé. »

Bien que ce bandit allait être exécuté dans les prochaines minutes, lorsqu’il entendit cela, quelque chose de profond se produisit en lui. Il dit alors : « Assurément, j’ai perdu mon temps tandis que j’avais en moi cette qualité ».

Juste après avoir écouté les paroles de l’Imam Junayd, le bandit se repentit. L’Imam Junayd demanda quelques minutes au bourreau et il transmit au bandit un Dhikr, une nassiha de Tawbah (repentance) et lui demanda de faire istighfar (demander pardon à Allâh). Puis, il s’en alla.

Alors que ce bandit, dans les dernières minutes de sa vie, se dirigeait probablement vers l’enfer, le simple passage d’un Wali lui fut profitable. Et ce n’est pas de Science dont il bénéficia, mais bien de la présence du Wali.

Ainsi, ne sous estimez jamais les bienfaits des Awliyas d’Allâh, cherchez leur compagnie et ne pensez pas du mal des gens, vous ne savez pas comment ils finiront.

Qu’Allâh nous compte parmi ces pieux serviteurs repentis et qu’Il nous fasse bénéficier des Ses Awliyyas.

 

Partage