Puis-je louper une Prière à cause d’un examen

 

Sheykh Abdurragmaan Khan

 

 

 

 

Question :

Assalam alaykoum,

Parfois, je dois passer un examen qui se déroule en plein milieu d’un temps de prière. Puisque la durée de l’examen est limitée, quitter la salle un instant pour prier pourrait m’empêcher de terminer l’examen à temps. Puis-je rater une prière pour la faire juste après la fin de l’examen ?

 

Réponse :

Wa ‘alaykum as-salam,

Merci pour ta question.

La prière représente l’acte d’adoration le plus important. C’est ce qui distingue les croyants des non-croyants. Le Prophète ﷺ, pour souligner l’importance de cette pratique et ô combien elle ne doit jamais être ignorée, a dit que le croyant doit prier debout ; celui qui ne peut pas le fera assis, sinon étendu sur son côté, sinon allongé sur son dos (dans cet ordre-là).

Les savants ont également ajouté qu’il devra prier en bougeant sa tête et s’il n’en est pas capable, il priera en bougeant ses yeux. S’il ne peut faire cela, il priera alors dans sa tête. Tout cela souligne la sacralité de la prière et à quel point il est important de ne pas la délaisser.

Cela étant, certains savants Shafi’ites et Hanbalites ont permis le regroupement de prières (Dhur et ‘Asr ; Maghreb et ‘Isha) lorsque les conditions pour les effectuer sont difficiles (ndt : et que cela se justifie). Ainsi, si par exemple ton examen commence avant al-‘Asr et qu’il se termine après le Maghreb, et qu’il t’est impossible de sortir de la salle pour prier al-‘Asr, alors cette situation justifie que tu regroupes al-‘Asr avec la prière de Dhor pendant le temps du Dhor avant ton examen. Les conditions permettant de joindre les prières devront être respectées, en sachant que raccourcir les prières n’est pas autorisé dans ce cas-là.

Puisse Allâh augmenter notre attachement à la Prière et nous accorder la constance. Amine. Wassalam.

Sheykh Abdurragmaan Khan

 

Notes :

Sheykh Abdurragmaan a reçu ijazah ‘ammah de la part de plusieurs grands savants dont (entre autres) : Habib Umar Ibn Hafiz (une personnalité qui l’affecta profondément et qui a changé sa relation avec Allah), Maulana Yusuf Karaan (ancien Mufti de Cape Town), Habib ‘Ali al-Mashhur (actuel Mufti de Tarim), Habib ‘Umar al-Jaylani (Mufti Shafi’i de la Mecque), Sayyid Ahmad bin Abi Bakr al-Hibshi, Habib Kadhim as-Saqqaf, Sheykh Mahmud Sa’id Mamduh, Maulana Abdul Hafiz al-Makki, Sheykh Ala ad-Din al-Afghani, Maulana Fazlur Rahman al-Azami et Sheykh Yahya al-Gawthani

Ps :  Ceci n’est pas l’avis majoritaire dans l’école (ni rajih, ni mashhur). Cependant, cette fatwa est susceptible d’être utilisée pour des cas exceptionnels (darura)..

Voir chez nos frères du site Doctrine Malikite (n°4. Réunir les prières pour les travailleurs et les étudiants) : http://www.doctrine-malikite.fr/forum/La-derogation-du-regroupement-des-prieres_m37528.html

Le Mufti Abu Layth al-Maliki a aussi donné cette permissivité :

 

Wa Allâhu a’alam.

Partage