Sheykh Abdal Hakim Murad

 

hakim-Murad

 

Né en 1960 à Londres, le Sheykh Abd-al Hakim Murad compte parmi les plus grands penseurs de l’Islam contemporain. Il a obtenu un MA (l’équivalent de la maîtrise française) de langue Arabe à l’université de Cambridge en 1983 avant de poursuivre ses études au Caire pendant trois ans sous la direction de maîtres traditionnels à l’université d’al-Azhar, une des plus anciennes universités du monde musulman. Un cursus qu’il compléta pendant trois ans entre Jeddah et la vallée bénie du Hadramawt au Yémen ou il fut le disciple du Sheykh Ahmad Mashhur al-Haddad et de Sheykh  Ismail al-Adawi.

En 1989, le Sheykh retourna en Angleterre pour étudier le turc et le persan à l’Université de Londres. Il est par ailleurs depuis 1992 chargé de recherche au programme doctoral de l’Université d’Oxford, spécialisé dans la vie religieuse de l’Empire Ottoman naissant. Le Sheykh est en outre secrétaire général de « Muslim Academic Trust » (Londres) et directeur du « Sunna Project » au Centre d’études moyen-orientales de l’Université de Cambridge qui a publié une édition Arabe proéminente d’un recueil (pourvu d’un appareil d’annotations élaboré parmi des spécialistes) des principales éditions des différentes collections de Hadiths.

Sheykh Abd-al Hakim a traduit un grand nombre d’œuvres classiques comme les deux premiers volumes de l’Ihya Ulum al-Din de l’Imam Ghazali et les ‘Soixante-dix degrés de la Foi’ de l’Imam Bayhaqi. Il donne de temps à autres des durus et des halaqas et enseigne le Tassawuf dans le cadre de séminaires d’apprentissage des sciences religieuses (Deen intensive) qu’il anime aux côtés de savants comme Habibi ‘Ali Jiffri, Hamza Yusuf, Abd-Allah ben Bayyah et Nuh Ha mim Keller. Il intervient fréquemment à la radio britannique BBC et écrit occasionnellement pour un grand nombre de publications, comme l’Independant, Q-news, Britain premier Muslim Magazine, et Seasons, le journal semi-académique de Zaytuna Institute.

Le Sheykh maîtrise huit langues et jouit d’une éminente réputation en matière de Fiqh (malikite) et Usul al-fiqh auprès des plus grands oulémas actuels.

En outre, il collabore activement au dialogue interreligieux.

La pensée du Sheykh est particulièrement intéressante en ceci qu’elle traduit une compréhension profonde des deux versants culturels de l’identité musulmane occidentale. Il dispose d’une érudition vertigineuse conciliant ingénieusement l’actif du champ des sciences religieuses avec le patrimoine de la culture occidentale.

Son aptitude à combiner la rigueur académique avec la sagesse d’une spiritualité orthodoxe fait de lui un penseur inclassable. Le Shaykh est un savant ‘académique’, il n’a ‘officiellement’ aucun disciple et se défend d’être un Sheykh Soufi.

Il est néanmoins reconnu comme tel par ses pairs, Habib ‘Ali al Jiffri et Nuh Ha mim Keller, pour ne citer qu’eux, qui n’ont pas manqué de déclarer publiquement que le Sheykh demeurait pour eux une grande source d’inspiration.

A noter également que le Sheykh est spécialiste de l’enseignement de l’Imam Ghazali et qu’il dirige un pôle d’étude et de recherches universitaires. Il dirige également des projets d’édition. (A noter la récente parution de l’excellent ouvrage Cambridge Companion to Classical Islamic Theology qui donne déjà beaucoup de fil à retordre aux orientalistes!)

Enfin, il est professeur de langue Arabe et de sciences islamiques à la Faculté de théologie de Cambridge et semble mettre un point d’honneur à réfuter les thèses fondamentalistes (en élaborant ses prolepses dans l’orthodoxie) ainsi qu’à diffuser la noble éthique de l’Islam et du Tassawuf à travers ses nombreux articles, conférences, et fréquentes interventions dans les médias anglophones et arabophones.

Le Sheykh Abd-al Hakim Murad vit actuellement à Cambridge avec sa femme et ses enfants.

Partage