Biographie de Sheykh Shu’ayb Al-Arna’ut

 

Al-Arna-ut

Shu’ayb ibn Muharram ibn ‘Ali, Abu Usama al-Arna’ut est né à Damas en 1928, deux ans après que son père ait émigré de Shkoder en Albanie pour des raisons religieuses. Il est un savant du hadith, de droit Hanafite, d’exégèse Coranique, de grammaire et de lexicologie arabe et qui a édité de nombreux ouvrages classiques à partir de vieux manuscrits. Formé à Damas, il a étudié la jurisprudence Hanafite avec des shouyoukh tels que Abd al-Razzaq al-Halabi, Nuh al-Albani, Sulayman al-Ghawji, et d’autres, ainsi que la terminologie hadith sous la tutelle de Abdullâh al-Habashi, Shaykh al-Kallas, et Salih al-Farfur, avec ce dernier il a également lu les huit volumes du Hanafi Hashiya radd al-muhtar de Ibn Abidin sur une période de sept années, et les commentaires du Coran de Zamakhshari et Nasafi.

Parmi les savants les plus connus de sa profession, il a à ce jour édité, annoté, et jugé les hadiths de plus de quatre-vingts œuvres, dont le plus célèbre est peut-être l’ouvrage en cinq volumes Zad al-Ma’ad [La provision pour le retour] de sheykh Ibn Qayyim al-Jawjziyya, bien que sa plus importante contribution scientifique réside certainement dans la rédaction des trois ouvrages suivants : Sharh al-Sunna [L’explication de la sunna] par l’imam Baghawi, qui présente les preuves textuelles primaires du Coran et des hadiths [utilisées] pour statuer selon la Loi Sacrée ; Sharh mushkil al-athar [L’explication des hadiths problématiques] par l’imam Tahawi, dans lequel il explique comment s’accorde les hadiths qui semblent être en contradictions, lesquels sont compris, abrogés ou conditionnés par d’autres ou par le Coran ; et enfin al-Ihsan fi taqrib Sahih ibn Hibban [L’expertise : sur la facilitation de la « collection rigoureusement authentique de hadith” d’Ibn Hibban]. La préparation de ces travaux, dont chacun a seize volumes, ne consistait pas en un simple exercice d’édition. Avec Ibn Hibban, par exemple, le texte original se composait de huit volumes, dont Sheykh Shu’ayb à fourni l’équivalent de huit volumes supplémentaires de ses propres notes et commentaires.

De nos jours, comme le nombre de Shouyoukh qualifiés pour enseigner les travaux classiques des sciences islamiques baisse régulièrement, l’espoir de Shu’ayb est que ces éditions élargies et annotées répondrons dans une certaine mesure aux besoins éducatifs des Musulmans qui les lisent.

Bien que probablement on se souvienne de lui pour son travail dans le hadith, il croit fermement que les Musulmans devraient prendre leur religion de ceux qui ont la meilleure compréhension des textes primaires de la tradition prophétique et du Coran, à leur tête les Imams des quatre écoles. « Ils sont ceux qui expliquent, pas les papes » dit-il, « mais dans chacune de leurs écoles, il y a par la suite une centaine ou plus de chercheurs qui ont suivis et qui ont modifié et complété leur travail, des hommes dont la stature dans le savoir Islamique était comme des montagnes, dont n’importe lequel pourrait mettre quinze des savants disponible aujourd’hui dans sa poche. »

Il vit actuellement à Amman, où il supervise le personnel de recherche et la bibliothèque de la maison d’édition Mu’assasa al-Risala.

Traduit de sunniforum.com

Partage