Quelle est la meilleure femme en Islam

 

 

Quelle est la meilleure femme en Islam

 

 

 

BismiLlâhi ar-Rahmani ar-Rahiim,

Nous savons qu’il existe une hiérarchie entre les êtres humains. En effet, Allâh nous informe dans le Qour’an  que le pervers n’est pas égal au croyant [1], de même qu’il existe une différence entre celui qui a reçu la science et celui ne l’a pas reçue [2], de même que le degré de piété détermine l’honneur qu’un être humain possède auprès d’Allâh [3].

Entre les Prophètes aussi il existe une hiérarchie. Si on regarde dans la Sourate al-Baqarah, nous voyons que Allâh nous dit : « A ces Messagers, Nous avons donné aux uns la préférence sur les autres. Il en est à qui Allah a parlé et Il en a élevé d’autres en degrés » [4].

Lorsque l’on étudie la science du Tawhid, on y apprend que d’une manière globale, la hiérarchie entre les créatures d’Allâh s’établit ainsi :

La meilleure des créatures est le Prophète Muhammad (salallâhou ‘alayhi wassalaam), puis vient Sayyiduna Ibrâhîm (‘alayhi as-salaam), puis Sayyiduna Mûssâ (‘alayhi as-salaam), puis Sayyiduna ‘Issâ ibnu Maryam (‘alayhi as-salaam),  puis Sayyiduna Nuh (‘alayhi as-salaam), puis les autres Messagers cités ou non dans le Qour’an, puis les autres Prophètes, puis les Archanges Jibrâ’il et Mikâ’il, puis les Saints (en premier Abû Bakr as-Siddiq et ‘Umar ibn al-Khattâb, ensuite ‘Uthmân et ‘Alî), puis les Anges spécifiés par différents versets et hadiths, puis les Croyants, puis enfin les Anges. [5]

Pour savoir ce qu’il en est des femmes parmi les plus Saintes, nous pouvons avoir une idée de leur rang très élevé parmi les créatures d’Allâh en étudiant tant le Qour’an que les paroles du Messager d’Allâh (salallâhou ‘alayhi wassalaam).

Il existe de nombreuses traditions qui placent tantôt sayyida Khadija (femme du Prophète), sayyida  ‘Aïsha (femme du Prophète), sayyida Maryam (mère de ‘Issa), sayyida Assiya (femme de Pharaon) ou sayyida Fatima (fille du Prophète) en tête des meilleures femmes. Notre but dans cet article ne sera pas de rapporter l’ensemble de ces récits, ni d’en faire l’analyse comparative, alors même que les ‘Ulamas n’ont pas tranché définitivement cette question, mais de montrer la grande valeur que possèdent chacune de ces femmes auprès d’Allâh.

Ainsi, certains savants ont parlé de Khadija (‘alayhi as-salaam), car elle fut sa première épouse et elle apporta son soutien sans faille au Prophète Muhammad lors des débuts de la révélation alors qu’il n’y avait personne d’autre qu’elle pour le soutenir et qu’il était rejeté de toutes parts. Elle fut aussi la première à embrasser l’Islam. Il existe également un Hadith dans lequel Rassoul Allâh (salallâhou ‘alayhi wassalaam) stipule que rien ne lui avait été donné de meilleur que Khadija [6].

Pour d’autres, il s’agira de Maryam (‘alayhi as-salaam), la mère de Jésus (‘alayhi as-salaam) en raison de la Parole d’Allâh : « Et les anges de dire : « Ô Maryam ! Allâh, en vérité, t’a choisie, t’a purifiée et t’a préférée à toutes les femmes de l’Univers. » [7]. Concernant ce verset, on trouve dans le tafsir d’ibn Kathir (rahimahou Allâh), que Maryam est la meilleure des femmes (de son temps), tandis que Khadija est la meilleure des femmes (de cette nation) [hadith]. Puis est cité le Hadith dans lequel il est dit que les meilleures des femmes des univers sont quatre : Maryam, Assia, Khadija et Fatima [8].

Il est cependant important de noter qu’il n’existe rien de plus élevé que le Qour’an al-Karim et qu’aucun Hadith ne peut concurrencer le noble Qour’an qui est la Parole d’Allâh, et si pour les autres femmes on peut trouver des mentions éparses, pour la sainte Maryam, il y a de longs passages, même plus, puisqu’une Sourate entière porte son nom, ce qui est le summum de l’honneur qui lui a été accordé par le Créateur lui-même. Une façon d’éterniser son nom à jamais.

Nous pouvons aussi citer Assiya (‘alayhi as-salaam), la femme de Pharaon, pour sa grande fermeté, sa foi immense et son endurance et qui est placée dans un Hadith parmi les meilleures femmes du Paradis [9] et dans un autre comme une des femmes ayant atteint la perfection (avec Maryam) [10].

D’autres ont parlé de ‘Aïsha (‘alayhi as-salaam) et ils ont dit qu’elle est supérieure à Fatima as-Zarha car épouse et mari sont réunis au Paradis alors que père et fille ne le sont pas (de la même manière) et que cela constitue un degré supérieur. Son rang est aussi renforcé par le fait qu’elle est aussi la fille de Abu Bakr as-Siddiq (radhia Allâhu ‘anhu) qui est d’un rang très élevé. Elle était aussi une immense savante, si ce n’est la plus instruite dans la science du Fiqh que la terre n’ait jamais portée.

Dans l’ouvrage Kitab al-Ibriz, il est rapporté qu’ibn Moubarak al-Lamti (rahimahou Allâh) a questionné le grand Saint, al-Ghawth, Mawlana ‘abd al-‘Aziz ibn Mas’oud ad-Dabbagh (qu’Allâh sanctifie son précieux secret) sur la polémique qui existait entre les traditionnistes concernant la préférence de notre maitresse Khadija sur notre maitresse ‘Aïsha ou l’inverse. Il dit : « Nous les avons vues avec le Prophète (salallâhou ‘alayhi wassalaam) au Collège (des Saints), la nuit du destin et nous avons observé que la lumière de ‘Aïsha était supérieure à celle de Khadija » [11].

Petit aparté : ‘Aïsha est la mère des croyants, l’épouse du Prophète Muhammad et quiconque le suit, a pour mère ‘Aïsha. A ce propos, ceux qui l’accuseraient de choses horribles comme zina (astarfighuLlâh), alors dans le sens spirituel ils sont des enfants du zina. Ces gens insultent leur propre mère et celui qui ne l’aime pas à un sérieux problème. L’imam Abu Hanifa (radhia Allâhu ‘anhu) a déclaré que celui qui la diffame est un bâtard, non au sens de l’insulte comme nous pouvons l’utiliser aujourd’hui, mais dans le sens réel du terme, c’est-à-dire un enfant illégitime [12].

Concernant la fille du Messager d’Allâh, Fatima as-Zarha (‘alayhi as-salaam), des savants ont dit qu’aucune des épouses du Prophète Muhammad (salallâhou ‘alayhi wassalaam) ne peut lui être supérieure, car elle est sa fille, donc elle est une partie de lui. Il est rapporté qu’elle lui ressemblait énormément, tant physiquement que dans son caractère. Elle était aussi très éloquente et très intelligente. Le Prophète Muhammad (salallâhou ‘alayhi wassalaam) a dit sur sa fille Fatima : « C’est ma chaire. Ce qui la courrouce me courrouce. » [13] Dans une narration, elle est aussi mise en avant et il y est dit par le Prophète qu’elle est la reine des femmes au Paradis [14].

Quelle que soit la réponse correcte à cette question, on peut de toute façon voir que selon telle ou telle source la réponse diffère. De toute manière, personne ne sera interrogé le jour du Jugement sur cette question qui n’est pas un point fondamental de notre ‘Aqeeda, il est donc inutile de s’écharper sur le statut de ces femmes extraordinaires qui sont toutes des exemples dans la piété, la Foi, la ténacité, la patience, la science, etc.

Et quoi qu’il en soit, nous les aimons toutes d’un grand amour.

Wa Allâhou a’alam

 

Notes :

[1] Qour’an, 32/18
[2] Qour’an, 39/9
[3] Qour’an, 49/13
[4] Qour’an, 2/253
[5] Sharh Jawaharatu at-Tawhid de l’imam al-Laqqaniyy, Sheykh ‘Abderrahmane ibn abdal Majid al-Ash’ari al-Malikiyy al-Djaza’iri.
[6] At-Tirmidhî n°3886
[7] Qour’an, 3/42
[8] Tafsir ibn Kathir
[9] Rapporté par Ahmad (1/293), authentifié par l’imam an-Nawawi dans Tahdhib al-Asma wal Loughat (2/341) et par ibn Hajar al-‘Asqalaniyy dans Fath al-Barî (6/471).
[10] Sahih de Boukhari, vol. 5. Livre 62
[11] Kitab al-Ibriz, p. 256/257
[12] Abou Hanifa, Kitab al-Wassiya
[13] At-Tirmidhî et Al-Qadi ‘Iyyad dans le Kitab ash-Shifa’
[14] Boukhari

Article réalisé par Sunnisme.com, avec le support de Dr. Mufti Abdar-Rahman ibn Yusuf Mangera et de siddi Razes10 (qu’Allâh les récompense).

Partage