Existe-t-il de bonnes innovations en Islam ?

Par  Sunnisme.com  

 

bidaa

 

Alors que les savants Musulmans Sunnites se sont toujours majoritairement accordés sur la classification des innovations (bida’a) en bonnes et en mauvaises, certains nient aujourd’hui l’existence de bonnes innovations en Islam, ceci à cause de la compréhension limitée qu’ils ont des Textes Sacrés causée par  une lecture exclusivement littérale de ces derniers.

Ces Musulmans qui rejettent l’existence de bonnes innovations citent pour argumenter leur avis ce hadith dans lequel le Prophète (salallâhou ‘alayhi wassalaam) a dit : « Méfiez vous de ce qui est innové ! Certes, toute innovation est une bida’a et toute bida’a est une déviation ». [Hadith rapporté par Abou Dawoud, at-Tirmidhy, Ibn Mâjah].

Comme à leur habitude, ceux qui rejettent l’existence de bonnes innovations en Islam, vont au plus vite, sans rentrer dans le cœur des textes et en rejetant ce qui a été dit à ce sujet par les plus grands savants de l’Islam. Ils préfèrent privilégier leur propre compréhension la faisant passer auprès des Musulmans comme étant celle des Pieux Prédécesseurs [radhia Allâhou ‘anhoum].

L’Imam an-Nawawi rahimahullaah.gifexplique que dans le hadith cité ci-dessus, l’adjectif « toute » est un terme général au sens restreint. C’est à dire que toute innovation qui est en contradiction avec la religion est rejetée, et non pas toute innovation dans l’absolu.

De la même façon, quand Allâh dit dans la sourate al-Ahqaf, versets 24 et 25 : « C’est un vent qui contient un châtiment douloureux qui détruit tout par ordre de Son Seigneur puis le lendemain, on ne voyait plus que leurs demeures ». Il est évident que ce vent n’a pas tout détruit, c’est-à-dire la totalité des choses puisque les demeures ont été épargnées.

L’adjectif « toute » est ici un terme général au sens restreint comme dans le hadith sur l’innovation.

On retrouve cette utilisation de l’adjectif « toute » dans de nombreux versets du Coran.

En voici quelques exemples :

« Pour ce qui est de la barque, elle appartenait à de pauvres gens qui travaillaient en mer. J’ai voulu lui donner l’apparence d’être défectueuse, parce que derrière eux il y avait un roi qui s’emparait de toute embarcation et l’usurpait ». [Coran – Sourate Al-Kahf, verset 79]

Il est ici évident que « toute » désigne les barques neuves, en bon état. Sinon il aurait été inutile de donner une apparence défectueuse à la barque.

Aussi, quand Allâh a ordonné à Noé [‘alayhi salam] d’embarquer « dans l’arche un couple de toute espèce […] ». [Coran – Sourate Al-Mu’minun 23:27]

Cela signifie un ensemble limité d’espèces car il est évidemment impossible d’emporter les milliards d’espèces qui peuplent la surface de la terre.

Cette utilisation de l’adjectif « toute » se retrouve également dans de nombreux hadiths.

En voici quelques exemples :

Le Prophète (salallâhu ‘alayhi wassalaam) a dit : « Soignez-vous en utilisant la graine de nigelle, c’est un remède contre toutes les maladies à l’exception de la mort ». [Hadith rapporté par Bukhari, Muslim, at-Thirmidhi, ibn Majah et Ahmad au travers de 19 chaines]

Les commentateurs sont unanimes pour dire que cela ne signifie par pour autant que la graine de nigelle (haba sawda) soigne toutes les maladies. Là encore le hadith a un sens spécifique et restreint. Ainsi le terme « toute » désigne « de nombreuses » maladies.

Le Prophète a dit : « Tout ce par quoi le musulman se divertit est bâtil, sauf le fait qu’il tire à l’arc, qu’il entraîne son cheval, ou qu’il joue avec son épouse : ces (actions) relèvent du haqq ». [Hadith rapporté par at-Tirmidhî et cité qualifié de Sahih dans Ihya Uloom ud-Din de l’Imam al-Ghazali, vol 2]

L’Imam al-Ghazali écrit : « Cela ne signifie pas que toute chose, à l’exception des trois citées est illégale, cela signifie simplement que les autres choses sont exemptes de récompenses. Pour autant s’amuser à faire le doux chant des oiseaux ou jouer à n’importe quel autre sport pour le plaisir n’est pas illégal ». [Dans l’Ihya page 171]

Qu’il s’agisse du Coran ou des Hadiths, on retrouve bien cette même utilisation du mot « toute » dont la portée est générale mais dont le sens est restreint.

Lorsque l’on étudie de près le sujet de l’innovation, on note également que les détracteurs oublient fréquemment de citer le hadith suivant dans lequel le Prophète a dit :

« Si quelqu’un instaure dans l’Islam une bonne tradition (sounnah hassanah), il en aura la récompense et aura une récompense chaque fois que les gens la referont après lui sans que rien ne soit diminué de leurs récompenses. Mais si quelqu’un instaure dans l’Islam une mauvaise tradition (sounnah sayyi’ah), il se chargera de son péché et sera chargé d’un péché chaque fois que des gens la referont après lui sans que rien ne soit diminué de leurs péchés ». Ce Hadith authentique est pourtant rapporté par les Imams Muslim, at-Tirmidhî, al-Nasâ’î, Ibn Mâjah, et d’autres.

Comme expliqué ci-dessus, les savants des quatre écoles sont depuis toujours unanimes sur la classification des innovations (bida’a) en bonnes (acceptées) et en mauvaises (rejetées).

Celle qui est bonne est celle qui ne contredit pas la Shari’ah et permet de faciliter les œuvres déjà prescrites et méritoires, tandis que la mauvaise innovation est tout ce qui est nouveau et contredit le Coran et la noble Sunnah.

Parmi les innombrables savants qui ont approuvés cette division, on peut par exemple citer l’Imam ash-Shafé’î qui a divisé l’innovation en deux parties, la première étant la « bida’a mahmûda »  (approuvée) et la seconde la « bida’a madhnûma » (désapprouvée).

Ainsi, il est rapporté par Abou Nou’aym que l’Imam ash-Shafé’i a dit : « L’innovation (bida’a) se divise en deux parties : Celle qui est louable et celle qui est blâmable. Tout ce qui est conforme à la Sunna est louable et tout ce qui s’y oppose est blâmable ».

De même, l’Imam Al-Bayhaqi rapporte dans son Manaqib, cette parole de ash-Shafé’i : « Les innovations sont de deux types : l’un est ce qui est innové et qui rentre en conflit avec le Livre, la Sunna, un rapport d’un Compagnon [athar] ou un consensus ; cette innovation est un égarement. L’autre  type est ce qui est innové à partir du bien et qui ne rentre pas en conflit avec quoi que ce soit de ce qui est précédemment cité; il s’agit alors d’une innovation qui n’a rien de blâmable ». (Dans Manaqib, Tome 1, page 468)

L’Imam an-Nawawî rahimahullaah.gif , le grand savant commentateur du Sahih de Muslim, classe l’innovation en cinq catégories. Il a écrit dans son ouvrage Al-Qawa’id (Al-Kubrâ) : « L’innovation est divisée en celle qui est obligatoire (wâjiba), interdite (muharrama), recommandée (mandûba), déconseillée (makrûha) ou indifférente (mubâha). La manière de décider est d’examiner l’innovation à la lumière des règles de la Loi (qawâ’id al-sharî’a). Si elle tombe dans le champ des obligations (îjab), elle est donc obligatoire, si elle tombe dans le champ des interdictions, elle est interdite (tahrîm), dans le champ des recommandations, elle devient recommandée, déconseillé si elle concerne ce qui l’est et permise si elle touche aux permissions ».

Un exemple d’innovation obligatoire,  tel que rapporté par le grand savant, le sultan des ‘Ulamas, al-‘Izz ibn Abd as-Salâm rahimahullaah.gif : Réfuter les sectes (mu’tazilites, mujassimas, qadiriyas, mourji’a…) ou encore réciter le Qour’an en essayant d’avoir une belle voix, tout en changeant les lettres du Qour’an, etc.

Quant à la sommité dans la science du Hadith, al-Hâfidh ibn Hajar al-‘Asqalani rahimahullaah.gif, il a déclaré : « La signification première de l’innovation est ce qui est produit sans précédent. Ce terme est employé dans la Loi par opposition à la Sunna, ainsi elle est blâmable. De manière précise, si elle fait partie de ce qui est classé comme désirable par la Loi, alors c’est une bonne innovation (hassana), tandis que si cela fait partie des actes blâmables, alors c’est une innovation blâmable (mustaqbaha), sinon elle tombe dans la catégorie de ce qui est permis (mubah). Elle peut être classée dans les cinq catégories connues ». [Fath Al-Bârî, tome 4, page 253]

De même l’Imam Ibn al-Athîr al Jazarî rahimahullaah.gif a dit dans son chef-d’œuvre, « al-Nihâya fî Gharîb al-Hadîth wal-Athar » : « L’innovation est de deux sortes : l’innovation de guidance et l’innovation d’égarement (bid’atu hudâ wa-bid’ati dalâla). Tout ce qui va à l’encontre des commandements d’Allâh et de Son Messager se trouve dans la sphère du blâme et de la condamnation. Et tout ce qui rentre dans ce qu’Allâh et Son Messager ont recommandé en général se place dans la sphère du mérite. Tout ce qui n’a pas de précédent comme l’extrême générosité ou l’extrême bonté sont des actes méritoires. Il n’est pas permis de dire qu’un tel comportement va à l’encontre de la Loi car le Prophète a stipulé qu’il sera récompensé quand il a dit : « Quiconque institue une bonne coutume en Islâm (man sanna fîl-islâmi sunnatan hassana) aura une récompense ainsi que celle de tous ceux qui l’auront suivi ». De même, il a dit : « Quiconque institue une mauvaise coutume en islam (waman sanna fîl-islâmi sunnatan sayyi’atan) recevra un châtiment ainsi que celui de ceux qui l’auront pratiqué ». Il s’agit des cas où l’acte contredit ce qu’Allâh et Son Messager ont commandé… C’est dans ce sens que le hadith « toute innovation est égarement » est compris : il signifie, tout ce qui s’oppose aux bases de la Loi et qui ne correspond pas à la Sunna ».

Voici quelques exemples d’innovations que les savants Musulmans ont acceptées comme étant bénéfiques et conformes à la Shar’iah Islamique :

1/ La prière de Tarawih en congrégation :

Amir al-Mu’minin, Saydunna ‘Umar (RA), concernant la prière en groupe du Ramadân (Tarawih) :

 D’après l’imâm Mâlik, d’après Chihâb, d’après ‘Urwa Ibn Az-Zubair, d’après ´Abd ar- Rahmâne Ibn ‘Abd al-Qâri qui a dit : « Je suis allé avec ´Umar ibn al Khattâb (RA) une nuit de Ramadan à la mosquée et là, nous avons trouvé les gens dispersés dans leur prière, les uns priant individuellement et les autres priant les uns derrière les autres. Umar dit alors :

« Par Allah, je vois qu’il serait mieux que je rassemble ces gens-là derrière un seul récitant du Coran ».

Il les rassembla donc derrière Ubayy Ibn Ka’b (RA). Je sortis avec lui une autre nuit nous vîmes les gens prier derrière un seul récitant. ‘Umar dit alors: « Excellente innovation que celle-ci ; cette [prière commune] qu’ils font – puis ensuite ils vont dormir – est préférable que celle qu’ils accomplissent [seuls] toute la nuit. »

L’imâm Al-Bayhaqi a dit : « Cet acte de l’émir des croyants « Umar Ibn al-Khattab », bien qu’il soit une innovation (bid’a), il n’en reste pas moins qu’elle est une innovation louable, car elle n’était pas contraire à ce qui se passait à l’époque du Prophète (SWS). Nous avons rapporté plus haut que les musulmans faisaient ces prières derrière le Prophète ﷺ, mais ce dernier abandonna cette prière collective de crainte quelle ne leur soit imposée. Mais une fois que le Prophète ﷺ a rejoint son seigneur, et la religion accomplie de même que les obligations prescrites, Umar Ibn al-Khattâb (RA) n’eut pas la même crainte que le Messager d’Allah et vit que le fait de grouper tous les fidèles derrière un seul récitant est préférable que de les laisser dispersés. » [1]

A ce propos, l’Imam Ibn al Jawzi rahimahullaah.gif a dit au début de son Tablîs Iblîs : « Certaines nouveautés (muhdathât) ont été apportées qui ne s’opposent pas à la Loi Sacré, pas plus qu’elles ne la contredisent, ainsi, ils (les pieux prédécesseurs) n’ont pas vu de mal dans leur pratique, comme le fait que ‘Umar ait rassemblé les gens pour les prières nocturnes de Ramadân, après quoi il les a vus et a dit : « Quelle bonne innovation ! ».

On peut également citer le fait de réciter le Coran en entier dans le mois de Ramadan durant les prières de Tarawih. Cela n’a été fait ni par le Prophète ni par les Compagnons, ni par leurs successeurs.

2/ L’ajout du 2ème appel à la prière le vendredi :

Dans le Sahih al-Boukhary figure un hadith authentique qui mentionne que ‘Uthman, qui était Khalif, a instauré un deuxième appel à la prière pour la prière du Vendredi. C’est en effet un acte qui n’a jamais été fait par personne avant lui :

« Le premier appel à la prière du vendredi avait lieu, à l’époque du prophète, d’Abou Bakr et de ‘Umar, après que l’Imam se soit installé sur la chaire. Mais à l’époque du calife ‘Uthmane, du fait que les Musulmans étaient devenus très nombreux, il demanda d’ajouter un troisième appel à la prière du vendredi ». [2]

Après que Hadrat ‘Umar Farouq ait fait la prière de Tarawih, il déclara : « Quelle excellente bida’a ». L’imam Abou Hanifa a dit qu’il s’agit là d’une preuve de la part des gens de science que celui qui invente une mauvaise action dans l’Islam recevra le péché pour lui-même ainsi que celui de qui le suit, tandis que celui qui invente un bonne Bidaa dans l’Islam recevra sa récompense et celle de tous ceux qui le suivront dans cette pratique. [3]

Ceux qui disent qu’il n’y a que des mauvaises innovations se limitent-ils pour autant à un seul appel à la prière le vendredi comme c’était le cas à l’époque du Prophète ?

3/ Faire ses ablutions pour transmettre les Hadiths :

L’imâm Ja`far as-Sâdiq faisait ses ablutions pour transmettre le Hadîth, pratique qui n’a été faite par aucun compagnon.

Ainsi, il est rapporté dans Kitâb ach-Shifâ : « J’ai (ndt : Mus`ab ibn ‘Abdullâh) vu également Ja`far ibn Muhammad as-Sâdiq, qui aimait pourtant plaisanter et rire, devenir pâle lorsqu’on mentionnait le Prophète et je ne l’ai jamais vu transmettre les Hadîths de l’Envoyé d’Allâh sans être en état de pureté ». C’est une pratique qui a été reprise par bon nombre de grands savants du Hadith.

Abû Mus`ib rapporte que Mâlik ibn Anas (RA) n’évoquait pas les Hadîths de l’Envoyé d’Allâh sans avoir fait auparavant ses ablutions mineures (wudhû) par respect pour lui.

Dhirar Ibn Murra et Qatâda disent que la majorité des gens de cette époque détestaient évoquer le Hadîth sans avoir fait auparavant leurs ablutions. [4]

4/ La réprobation de la transmission du Hadîth en étant debout :

Certains pieux prédécesseurs n’acceptaient pas que l’on transmette le hadith debout.

Ibn Mahdî rapporte ce qui suit : « Un jour, j’ai accompagné Mâlik en marchant jusqu’au ‘Aqiq. En cours de chemin, je l’ai interrogé sur un Hadîth. Il me réprimanda et me dit : ‘Tu étais à mes yeux suffisamment éminent pour ne pas interroger sur le Hadîth de l’Envoyé d’Allâh pendant que nous marchions.’ ».

On rapporte que Hishâm ibn Hishâm al-Ghazî a interrogé Mâlik sur un Hadîth pendant qu’il était debout. On lui administra vingt coups de fouet. Puis Mâlik eut pitié de lui et lui dicta vingt Hadîths. Hishâm dit alors : « J’aurais bien voulu qu’il me donne davantage de coups de fouet et qu’il me dispense davantage de Hadîths ». [5]

5/ Débattre avec les gens de l’innovation [ahl ul-bida’a] :

L’Imam Al-Bayhaqi a dit : « Débattre avec les gens de l’innovation – lorsqu’ils rendent leur hérésie publique où qu’ils soulèvent des insinuations – pour contredire leurs propos et exposer leurs erreurs est appréciable, même si c’est une innovation, car cela consiste à les réfuter. Le Prophète ainsi que certains Compagnons ont été interrogés à propos du Décret Divin (al-qadar) et leurs réponses nous ont été transmises. A cette époque, ils se contentaient des mots du Prophète, ensuite des narrations rapportées à cet effet. Mais de nos jours, les innovateurs ne se contentent plus de telles réponses, pas plus qu’ils ne les acceptent. Ainsi, il est devenu nécessaire de réfuter leurs insinuations – lorsqu’elles deviennent publiques – avec ce qu’ils considèrent eux-mêmes comme des preuves ». Les Imams An-Nawawi, Ibn ‘Asâkir, Ibn al Salâh, as Subkî, Ibn ‘Âbidîn et d’autres soutiennent cet avis. [6]

6/ La ponctuation du Coran :

L’imam al-Ghazzâli a dit sur sa discussion concernant le fait d’ajouter la ponctuation au texte du Coran : « Le fait que cet acte soit innové (muhdath) n’est en rien un obstacle. Combien de pratiques innovées sont excellentes ! Comme il a été dit concernant l’établissement de la prière de Tarawih en groupe, c’était une nouvelle pratique instaurée par ‘Umar et c’était une excellente innovation (bid’a hassana). L’innovation blâmable est uniquement celle qui s’oppose à la Sunna ou qui mène à la changer ». [7]

7/ Le fait d’écrire « Salallâhou ‘alayhi wassalam » après avoir mentionné le nom du Prophète :

Ce sont bien les savants qui ont innové le fait d’écrire « Salallâhou ‘alayhi wassalam » après la mention de son nom. A l’époque du Prophète, les gens ne le faisaient pas. D’ailleurs, le Prophète ne l’a pas fait lorsqu’il a envoyé des lettres aux rois et aux gouvernants de la terre. Il disait simplement : « De Muhammad le Messager d‘Allâh ». Les lettres que le Messager a dictées aux compagnons et qui étaient envoyées aux rois, tels que Héraclius ne comportent pas la mention « Salallâhou ‘alayhi wassalam ».

On peut lire dans le Sahih de l’Imam Al-Boukhary, une transcription d’une de ses lettres qui confirme cela :

بسم الله الرحمن الرحيم من محمد عبد الله ورسوله إلى هرقل عظيم الروم السلام على من اتبع الهدى

« Bismillâh ar-Rahman ar-Rahim min Muhammadin ‘abdillâhi wa rassoulihi ‘ila Hiraqla ‘adhimi r-roum salamoun ‘alamani t-tabba al-houda »

Ce qui signifie :

« Je commence par le nom d’Allâh le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux, de Muhammad fils de ‘Abdullâh et Son Messager, à Héraclius l’empereur des Romains, que la paix soit sur celui qui emprunte le chemin de guidée ».

L’ajout de « Salallâhou ‘alayhi wassalam » est une bonne sounnah que les savants ont innovée et que le Prophète n’a jamais faite.

8/ Le Mawlid an-Nabawi :

Une très large majorité de savants Sunnites l’ont autorisé. Ils ont encouragé les Musulmans à honorer la mémoire du Prophète Muhammad en participant à cette noble commémoration.

Parmi eux, As-Suyuti, al-‘Iraqi, al-Qastalani, as-Subki, ad-Dimasqhi, al-Haytami, ibn Hajar al-‘Asqalani, ibn al-Jawzi, ibn Taymiyya, ibn Kathir, ibn al-Qayyim al-Jawziyya, etc.

Lire à ce propos : L’avis des savants sur la commémoration de la naissance du Prophète Muhammad [al-Mawlid]

9/ La collecte de Hadith dans des livres :

Recueillir les Hadiths sous forme de livre et stipuler la chaîne ou les narrateurs et caractériser les hadiths en disant qu’il est Sahih, Hassan ou Da’if, Mu’addaal ou Mudallas, etc. et établir les avis juridiques avec l’aide de Hadiths Makruh, Mustahab, etc, toutes ces pratiques relèvent de l’innovation appréciable et n’ont jamais été pratiquées dans la période bénie de Rasoul Allâh.

Qu’il s’agisse de Bukhari, Muslim, at-Tirmidhi, Abou Dawoud, etc. aucun des livres de Hadiths Sahih que nous prenons en considération n’ont été compilés par le Prophète. Faire de tels recueils et les suivre comme étant la voie du Prophète est une Bida’a. Cela n’a jamais été fait par les Salafs, mais recueillis plus tard par les savants du Hadith.

10/ Les Sciences Islamiques :

Les sciences Islamiques telles que nous les connaissons aujourd’hui n’existaient pas à l’époque du Prophète. Ainsi les Fondements du Hadith (Usul al-Hadith) ou de la Jurisprudence (Usul al-Fiqh) sont des innovations. Ce sont pourtant des sciences reconnues de tous les savants Musulmans et dont l’Islam ne peut aujourd’hui se passer.

11/ Les lieux d’apprentissage des Sciences Islamiques :

La construction de Madrassas et d’Universités Islamiques pour l’apprentissage de la Shari’ah est une innovation.

12/ Dans les Mosquées :

L’édification de minarets, l’utilisation de Mirhab, les mosaïques, les tapis pour prier, les hauts parleurs pour l’adhan, etc. Il s’agit encore là d’innovations.

13/ Durant le mois de Ramadan :

L’utilisation du télescope pour apercevoir la « nouvelle lune », l’annonce du début et de la fin du jeûne de Ramadan à la radio et à la télévision, l’utilisation de la sirène à l’Iftar, etc.

14/ On peut encore citer en vrac :

L’utilisation de qualificatifs pour les degrés de science, comme par exemple « Mufti », les calendriers avec les heures de prière, l’étude approfondie de la langue Arabe (essentielle pour l’apprentissage des Sciences Islamiques), les compétitions de récitation du Coran, etc..

Malgré le fait que les prédécesseurs et les savants qui leur ont succédé aient pour la majorité fait cette distinction entre ce qui relève de la bonne et de la mauvaise innovation, certains viennent aujourd’hui remettre cela en cause et tentent en plus d’imposer leur opinion. C’est une grave erreur qu’ils commettent et il s’agit là sans aucun doute d’une innovation des plus blâmables.


Notes :

[1] Rapporté d’al-Rabî` par al-Bayhaqî dans son Madkhal et Manâqib ash-Shâfe`î (1:469) avec une chaîne authentique comme le dit Ibnou Taymiyya dans son Dâr’ Ta`ârud. al-`Aql wa al-Naql (p. 171) et à travers al-Bayhaqî par Ibn ‘Asâkir dans Tabyîn Kadhib al-Muftarî (Kawtharî ed. p. 97). Cité par ad-Dhahabî dans le Siyar (8:408), Ibn Rajab dans Jâmi` al-`Ulûm wal-Hikam (p. 267=Zuhaylî ed. 2:52-53=Arna’ût ed. 2:131 sahîh), et Ibn Hajar dans Fath al-Bârî (1959 ed. 13:253).

[2] Rapporté par l’Imam Ash-Shafé’î dans son Mousnad, par l’Imam Ahmed, par l’Imam Al-Boukhary, par l’Imam Abu Dawoud, ainsi que d’autres Imams.

[3] Imam Ibn Hajar Al-‘Asqalani dans Zubda tul-Fakr

[4] et [5] Al- Qadi ‘Iyad dans Kitâb ash-Shifâ

[6] Al-Bayhaqî, Manâqib al-Shâféi`î (1:469)

[7] Al-Ghazzâlî, Ihyâ’ `Ulûm al-Dîn (1:276)

Partagez avec la Ummah