.Des questions portant sur les obligations de la prière

 

 

Que signifie le terme « les obligations de la prière » ?

Il s’agit de toutes ces paroles et de tous ces actes que le fidèle est tenu d’accomplir de manière convenable et complémentaire de telle sorte que leur abandon ou bien le manquement à leur application rendent la prière caduque.

Quelle différence y a-t-il dans la prière entre les obligations, les piliers et les impératifs?

Dans la prière, il n’y a pas de différence entre les obligations, les piliers et les impératifs car tous aboutissent à la même signification. Ce qui n’est pas le cas par exemple pour le pèlerinage où l’obligation diffère de l’impératif.

Que doit faire celui qui oublie l’une des obligations de la prière?

S’il lui est possible de se rattraper avant d’accomplir la génuflexion qui vient juste après celle ayant fait l’objet d’oubli, qu’il le fasse. Ensuite, il aura à se prosterner après les deux salutations finales et ce, pour avoir fait dans le rajout. Par contre, s’il a déjà accompli la génuflexion succédant à celle ayant fait l’objet d’oubli, il aura tout simplement à éliminer cette dernière pour la remplacer par une autre. Ensuite, il se prosternera soit avant, soit après les deux salutations finales et ce, en fonction de la nature de l’imperfection et de la compensation commises tel qu’illustré à travers l’exemple suivant:

– Si l’imperfection porte sur la première génuflexion, et qu’à la deuxième le fidèle se rappelle de son erreur, dans ce cas là, il aura à éliminer la première génuflexion pour la compenser par une deuxième avant d’accomplir une autre génuflexion de substitution. Ensuite, il est tenu de se prosterner juste après les deux salutations finales pour avoir fait un rajout dans sa prière.

– Si l’imperfection porte sur la première génuflexion et que le fidèle ne se rappelle de son erreur qu’une fois la troisième génuflexion accomplie, dans ce cas là, il aura à éliminer la première pour la compenser par une deuxième avant d’accomplir une troisième comme substitut. Ensuite, il est tenu de se prosterner juste avant les deux salutations finales et ce, à cause du rajout qui consiste en la génuflexion ainsi éliminée et à cause de l’omission d’une sourate. Sachant qu’il vient de substituer la deuxième qui se caractérise par une sourate en plus, par une troisième de moindre envergure. Et puis la règle établie est que la prosternation s’accomplit avant les deux salutations finales lorsque l’imperfection est constatée lors des deux premières génuflexions et que le fidèle s’en rend compte après l’accomplissement de la troisième génuflexion. Par contre, la prosternation s’accomplit après les deux salutations finales lorsque le fidèle se rend compte de la dite imperfection avant l’accomplissement de la troisième génuflexion.

A quel moment une génuflexion devient effective?

Elle devient effective juste après le redressement de l’inclination et après la séparation des mains des genoux. Cela dit, lorsqu’un fidèle retardataire arrive juste au moment de l’inclination et s’incline à l’instar des autres fidèles, il aura accompli à temps une génuflexion.

Que dire de celui qui oublie un élément fondamental de la prière mais ne s’en rend compte que lors de la génuflexion suivante?

Il aura tout bonnement à éliminer la génuflexion objet d’imperfection pour la compenser par une autre comme c’est le cas de l’exemple suivant : Un fidèle qui omet de se prosterner lors de la première génuflexion puis s’en rend compte une fois la deuxième génuflexion accomplie, aura à supprimer la première pour lui substituer une seconde. Ensuite, il continuera sa prière, et il remédiera à son erreur par deux prosternations après les deux salutations finales (Soujoud Ba’di).

Quelles sont les obligations de la prière?

Elles sont au nombre de seize :

– L’intention.
– Takbîrat Al Ihram ou le takbîr d’ouverture ou le fait de prononcer la formule « Allahu Akbar » à l’entame de la prière.
– Se tenir debout lors de la takbîrat al-Ihram. Car il n’est pas permis, ici, au fidèle qui a la capacité de se tenir debout, de s’adosser au mur, ni de s’appuyer sur une canne par exemple.
– La lecture de la sourate « al-Fatiha » (prologue du Coran).
– Se tenir debout lors de la lecture de la sourate « al-Fatiha » car le fidèle n’a pas à le faire tout en étant adossé à quelque chose.
– L’inclinaison.
– Le redressement de l’inclinaison.
– La prosternation.
– Le redressement de la prosternation.
– Les deux salutations finales (le Salam). [1]
– La position assise pour accomplir le « Salam ».
– L’agencement des actes de la prière [l’ordre]. (Le fidèle est tenu d’accomplir sa prière en obéissant à l’enchaînement des gestes requis pour la circonstance. Par exemple, s’il se prosterne avant l’inclinaison ou encore s’il s’incline avant la lecture de la sourate « al-Fatiha », rendant tout simplement sa prière caduque).
– Le fait de se tenir droit (car celui qui s’incline puis ne se redresse pas convenablement pour ensuite se prosterner directement rend ainsi sa prière caduque).
– La sérénité (quiétude). C’est-à-dire faire en sorte que les membres soient uniquement consacrés à la prière. (La glorification d’Allah lors de l’inclinaison et la prosternation tout comme l’invocation lors de la prosternation sont des actes qui vont de pair avec la sérénité qu’il serait préférable au fidèle d’accomplir avec piété) .
– L’obéissance aux gestes qui sont accomplis par celui qui guide la prière « l’imam » (Par exemple : quand le fidèle
prononce la « Takbîrat al Ihram » avant l’imam ou bien fait les deux salutations finales avant lui, rendant ainsi sa prière caduque). Seulement l’imam est tenu de prononcer vite la « Takbîrat al-Ihram » et les deux salutations finales sans pour autant traîner dans leur formulation au risque de rendre caduque la prière des fidèles se trouvant derrière lui.
– L’intention de se conformer à l’imam. En effet, celui qui se place derrière l’imam est tenu d’avoir au préalable l’intention d’obéir à l’imam. Tout comme ce dernier est tenu d’avoir pour intention d’être suivi par les fidèles.

Celui qui oublie d’accomplir l’une des obligations de la prière est-il tenu de se prosterner?

Il n’est pas tenu de se prosterner pour se corriger. Cependant il lui faudrait l’accomplir convenablement.

Que dire de celui qui fait exprès de ne pas accomplir l’une des obligations de la prière comme par exemple l’intention ou la « Takbirat al-Ihram » ou l’inclinaison?

Sa prière est carrément frappée de caducité (nulle). Par conséquent, il est tenu de la refaire.

Que dire de la prière de celui qui, par inattention, omet d’accomplir l’une des obligations de la prière et que le temps passe, ou bien quitte tout simplement la mosquée?

Sa prière est caduque et qui plus est, il est tenu de la refaire de nouveau. Nous reviendrons sur le sujet par la suite.

Que dire de celui qui oublie l’une des obligations de la prière et qui essaye de se rattraper lors de la génuflexion suivante?

Il aura à supprimer la génuflexion, objet d’imperfection pour la substituer par une autre. Ensuite il aura à se prosterner avant ou après les deux salutations et ce, en fonction bien sûr du cas d’imperfection et de compensation. En effet, si l’imperfection est inhérente aux deux premières génuflexions et que le sujet ne s’en rend compte qu’une fois accomplie la troisième génuflexion, il aura donc à se prosterner avant les deux salutations finales. Si l’imperfection est inhérente ou non aux premières génuflexions et que le sujet se rend compte de l’erreur juste avant d’accomplir la troisième génuflexion, dans ce cas-là, il aura alors à se prosterner après les deux salutations finales du fait qu’il n’ait pas encore raté la sourate ainsi que la position assise.

Notes :

[1] : L’avis majoritaire dans l’école Malikite est que l’imam et la personne qui prie seule ne font qu’un seul « salam » à droite.

 

 

Partage