Sheykh Bin Baz attribue l’odorat à Allâh

 


~ Collection : les erreurs dans la ‘Aqida ~

 

 

Rejeté5

 

 

Scan du passage concerné :

odorat

 

Question :

Peut-on comprendre du hadîth « L’odeur que dégage la bouche du jeûneur est plus parfumée pour Allâh que l’odeur du musc  (Boukhary) » qu’on peut attribuer l’odorat à Allâh?

Réponse :

Ce n’est pas loin [1]


Commentaire :

Définition du mot odorat dans le dictionnaire Larousse : « Sens permettant la perception des odeurs, dont les récepteurs sont localisés dans les fosses nasales chez les vertébrés, sur les antennes chez les insectes, et qui joue un rôle de premier plan chez la plupart des espèces, tant aquatiques que terrestres. »

Sheykh Bin Baz ne rejette pas l’odorat concernant Allâh alors que c’est clairement une caractéristique des créatures et que cela n’est attesté ni dans le Qour’ân ni dans la Sunnah.

Pour le moins qu’on puisse dire, c’est que la réponse de Sheykh Bin Baz est plus qu’évasive car s’il affirmait il tomberait dans l’anthropomorphisme et s’il niait il réfuterait la méthodologie Salafi qui est le littéralisme strict.


De leur côté, les grands savants Sunnites ont clairement réfutés de telles paroles :

L’Imam as-Suyuti (rahimahou Allâh) dit :

« Allah est exempt de l’odorat, car ceci est un attribut des créatures » [2]

Al-Hafidh Ibnou Hajar al-‘Asqalaniyy (rahimahouLlâh) dit :

« Allah est exempt de l’odorat, car ceci est un attribut des animaux » [3]

Qu’Allâh nous guide, nous accorde une croyance correcte et nous préserve de Lui attribuer ce qui ne Lui sied pas. ameen


Notes :

[1] Source : Dans l’ouvrage « Questions – réponses de Sheykh Bin Baz  » page 278, n° 770, 1ère édition 1428 hijriyya.
[2] Dans son commentaire du livre des Sunnan de An-Nassaï
[3] Dans al-Fath al-Bari son célèbre commentaire du Sahih de Boukhary

Partage