Saydinna Ali le Lion d’Allâh

 

 

Ali Lion Allâh

 

 

BismiLlâhi ar-Rahmani ar-Rahîm,

Saydinna ‘Ali ibn Abi Tâlib رضى الله عنه, quatrième Calife de l’Islam, était le cousin du Saint Prophète ﷺ. Il est né le vendredi 13 du mois de Rajab dans la sainte Ka’aba. Il a grandi sous la tutelle du Saint Prophète ﷺ.

Comme Saydinna ‘Ali l’a dit : « Le Saint Prophète ﷺ m’a élevé dans ses bras et m’a nourris de sa propre bouchée, je l’ai suivi partout où il est allé comme un bébé chameau après sa mère. Chaque jour un nouvel aspect de son caractère rayonnait de sa noble personne et je l’acceptais et je le suivais comme un ordre. »

Voilà pourquoi Saydinna ‘Ali était le trésor de la connaissance Prophétique.

Les dix années passées en compagnie du Saint Prophète l’ont rendu si proche et inséparable qu’il ne formait qu’un avec lui en terme de caractère, de connaissance, de sacrifice de soi, de patience, de courage, de générosité, d’art oratoire et d’éloquence. Dès son enfance, il se prosterna devant Allâh avec le Saint Prophète. Comme il le dit lui-même : « Je fus le premier à prier Allâh aux côtés du Saint Prophète ﷺ. » 

Comme l’a déclaré le célèbre historien sheykh Masoodi : « L’Imam ‘Ali a été élevé dans les pas du Saint Prophète et ce tout au long de son enfance ». Allâh l’a créé pur et saint et l’a gardé ferme sur la bonne voie.

L’Imam ‘Ali fut sans conteste le premier à embrasser l’Islam lorsque le Saint Prophète appela ses auditeurs à le faire [1], mais par le fait même que, depuis son enfance, il fut élevé par le Saint Prophète et qu’il le suivit dans toutes les actions et les actes y compris la prosternation devant Allâh, on peut dire de lui qu’il est né Musulman.

Depuis toujours, l’Imam ‘Ali a accompagné le Saint Prophète et l’a aidé et l’a protégé contre ses ennemis. Il avait l’habitude d’écrire les versets du Saint Coran et d’en discuter avec le Prophète aussi tôt qu’ils étaient révélés par le saint messager, l’Ange Gabriel.

Il a été si étroitement associé au Saint Prophète que dès qu’un verset lui était révélé pendant la journée ou la nuit, l’Imam ‘Ali était le premier à l’entendre.

Le Saint Prophète ﷺ a dit à l’Imam ‘Ali :

a) « Ô ‘Ali ! Tu es mon frère dans ce monde, ainsi que l’Au-Delà !» [2]

b) « Je suis la Cité de savoir et ‘Ali est la porte. » [3]

Voici ce que Sheykh Masoodi a déclaré concernant le caractère et le calibre de l’Imam ‘Ali : « Si le fait d’être nommé premier Musulman, d’être un camarade du Prophète en exil, son fidèle compagnon dans la lutte pour la foi, son associé intime dans la vie et son parent, si une vraie connaissance de l’esprit de ses enseignements et du Livre, si l’abnégation de soi et la pratique de la justice, si l’honnêteté, la pureté et l’amour de la vérité, si la connaissance de la Loi et de la Science, constituent une créance de prééminence, alors tous doivent considérer ‘Ali en tant que Musulman le plus important. Il est vain de chercher à trouver, soit parmi ses prédécesseurs ou parmi ses successeurs, ces attributs. »

Parmi les privilèges et honneurs qui furent accordés à Saydinna ‘Ali, celui d’épouser la Sainte Fatima (‘alayha salaam), fille du Messager d’Allâh ﷺ.

Dans la dernière année de sa vie, le Saint Prophète est allé à la Mecque pour accomplir le pèlerinage. Lors de son voyage retour, lorsqu’il atteignit Ghadir al-Khum, le verset suivant lui fut révélé : « Ô Prophète ! Communique ce que ton Seigneur t’a révélé ! Si tu négliges de le faire, tu auras failli à ta mission ! Allâh te protégera des hommes…». [4]

Le Saint Prophète s’arrêta-là et ordonna aux autres Musulmans de s’arrêter également. Environ 70.000 personnes se rassemblèrent autour de lui. Il ordonna qu’une chaire soit élevée. Une fois la chaire installée, il y monta et souleva ‘Ali رضى الله عنه à l’aide de ses mains  de manière à ce que les gens puissent le voir. Puis il dit : « Celui dont je suis le maître, ’Ali aussi est son maître. Qu’Allâh soutienne ceux qui viennent en aide à ’Ali et qu’IL soit l’ennemi de ceux qui deviennent les ennemis de ’Ali ». [5]

L’Imam ‘Ali رضى الله عنه avait les qualités d’un poète, d’un soldat et d’un Saint; sa sagesse respire encore dans une collection de dictons morales et religieuses; et chacun de ses adversaires, que ce soit dans les combats de la langue ou de l’épée, a été rendu silencieux par son éloquence et son courage.

Dès la première heure de sa mission jusqu’aux derniers rites de ses funérailles, le Saint Prophète ﷺ n’a jamais abandonné un ami généreux qu’il se plaisait à nommer son frère, son vicaire, et le fidèle Aaron d’un second Moïse.

Dans la 40ème année de l’Hégire, au petit matin du 19ème jour de Ramadan, l’Imam ‘Ali رضى الله عنه fut frappé avec une épée empoisonnée par un Kharijite alors qu’il priait dans la Mosquée de Kufa. Il quitta ce monde le 21ème jour du Ramadan, et fut enterré à Najaf al-Ashraf.

Il est né dans la maison d’Allâh, la Sainte Ka’aba et mourut en martyre dans la Maison d’Allâh, la mosquée de Kufa. Le Lion d’Allâh, le Musulman le plus vaillant et doux qui n’ai jamais existé (en dehors du Messager d’Allâh) commença sa vie glorieuse avec dévotion envers Allâh et Son messager et termina sa vie dans le service de l’Islam.

« Et ne dites pas de ceux qui sont tombés au service d’Allâh qu’ils sont morts, car ils sont bien vivants, mais vous n’en avez pas conscience. » [6]

Qu’Allâh nous permette de suivre les traces bénies de Saydinna ‘Alî  رضى الله عنه.

 

Notes :

[1] Les savants Sunnites ont divergé sur la première personne parmi les hommes à s’être convertie à l’Islam, certains disent qu’il s’agit de ‘Ali, d’autres de Abu Bakr et d’autres encore de Zayd ibn Haritha (qu’Allâh les agréés). Sachant que dans un premier temps, il fut demande au Prophète de prêcher parmi ses proches par lien de parenté, il est très probable que ce soit bien ‘Ali qui fut le premier homme converti. Par contre il y a unanimité des savants sur le fait que la première personne à croire en lui et à l’avoir suivi fut sa noble épouse Khadija (qu’Allah l’agrée).

[2] An-Nasa’ï
[3] At-Tirmithî et al-Hâkim
[4] Qour’an s5, v67

[5] Comme indiqué, cette déclaration a été faite devant des dizaines de milliers de Sahabas. Ce hadith possède donc le statut de Mutawatir. Beaucoup de Compagnons l’ont rapporté, dont Abu Hurayrah, Anas ibn Malik, ‘AbduLlâh ibn ‘Umar ou encore Sayyidina ‘Ali. Al-Hafidh ibn Hajar al-Haythamiy a déclaré dans Fath ul-Bariy que ce Hadith est authentique (sahih) sans divergence. Il déclare aussi que d’autres l’ont rapporté comme at-Tirmidhi et an-Nasa’i, via de nombreuses voies et qu’il a été rapporté par 16 Compagnons. En outre, dans la riwayah de l’imam Ahmed, il rapporte avoir entendu ce hadith provenant de 30 Compagnons qui l’ont confirmé devant Saydinna ‘Ali.

[6] Qour’an s2, v154

Partagez avec la Ummah