Les conditions pour être savant

 
 

Par l’imam Djalâl ad-Dîn As-Suyûtî

 


savant

 

 

Bayhaqî rapporte que ‘Alî Ibn Abî Tâlib est passé devant un raconteur (s) qui bavardait. Il lui lança : « Connais-tu les textes qui abrogent et ceux qui sont abrogés ? » Il répondit : « Non ! » Il lui dit alors : « Tu es dans la confusion et risques d’égarer les gens! »Et il a rapporté selon Ibn ‘Abbâs la même anecdote.Al-Shâfi ‘î explique : « On ne peut soutenir que tel verset du Coran abroge tel autre que si l’on détient l’information du prophète (salallahou ‘alayhi wassalaam), ou si l’on connaît la chronologie des événements, on considère alors que le demier en date abroge le premier, ou encore par le biais du narrateur qui rapporte le hadith, ou enfin lorsqu’il y a consensus sur la question. Cependant, dans la plupart des cas, c’est la Sunna qui le démontre. »

Bayhaqî rapporte qu’on a demandé à Ibn Al-Mubârak : « Quand l’homme devient-il apte a émettre des fatwas » ? » Il lui répondit : « Lorsqu’il deviendra savant en matière de traditions (athar) et perspicace dans ses réflexions. »

Et selon Djundub Ibn ‘Abdillâh, le prophète a dit : « Celui qui interprète le Coran selon sa propre réflexion est dans l’erreur même si son interprétation est juste. » [1]

Bayhaqi et Sa’îd Ibn Mansûr rapportent selon Ibrahim Al-Tayrnî que ‘Umar Ibn AI-Khattâb a dit à Ibn ‘Abbâs : « Comment cette nation peut-elle diverger alors qu’elle a un même Livre, un même prophète et une même direction (qibla) ? » Il lui répondit : « Ô chef des croyants! Le Coran nous a été révélé ; nous l’avons lu et avons su les circonstances de sa révélation. Mais, ceux qui viendront après nous le liront sans connaître les circonstances de sa révélation; ainsi chaque groupe aura sa propre interprétation et c’est de là qu’ils divergeront, puis ils s’entretueront à cause de cette divergence. »

Je dis : cette histoire nous renseigne sur l’ importance primordiale de connaître les circonstances de la révélation pour celui qui veut interpréter le Coran. Et ce savoir s’apprend de la Sunna wa-llâhu a’lam !

Bayhaqî et Dârimî rapportent selon Sha’bî que ‘Umar Ibn Al-Khattâb a écrit au Qadi [2] Shurayh : « Lorsque tu as une affaire à résoudre, cherche la solution à partir du Livre de Dieu, sinon à partir de la Sounah du prophète,sinon à partir des sentences des gens vertueux et des émirs intègres, sinon fais un effort de réflexion. »

Et ils ont rapporté aussi qu’Ibn Mas’ûd avait donné aux Qadis de Koufa ce même conseil.

 

Notes :

[1] Ce hadith est aussi rapporté par Abû Dâwûd et Tirmidhî. Ce dernier commente :  » Ce hadith est faible. Cependant, les érudits, depuis les compagnons du prophète, ont toujours été sévères vis à vis de cela. « 
[2] Juge

Partagez avec la Ummah