Alcool et prière, les 40 jours

 

Ustadha Naielah Ackbarali

 

 

Prière_Islam

 

 

Question :

Dans le passé, j’ai bu de l’alcool. Mes prières seront-elles acceptées? J’ai entendu dire que l’alcool demeure dans le sang pendant 40 jours, vais-je devoir refaire ces prières? Est-ce le même principe pour la marijuana?

 

Réponse :

Bismi Llahir Rahmanir Rahimi

Assalamou alaykoum

Il existe quelques récits semblables à ce que vous avez mentionné. Le Prophète (qu’Allah le bénisse et lui accorde la paix) a dit : « Celui qui boit du vin, sa prière n’est pas acceptée pendant 40 jours. S’il se repent, Allâh lui pardonne…» [at-Tirmidhi]

Boire du vin ou d’autres substances stupéfiantes constitue un péché majeur. Pour éradiquer le péché, la personne doit s’engager dans un repentir sincère. Juridiquement parlant, on n’a pas à rattraper les prières effectuées si les prières étaient valides. Dans le hadith, « pas acceptée » signifie que les prières ne sont pas acceptées en termes de récompense. En tant que telle, la personne peut refaire ces prières dans le cadre du remords ressenti pour avoir commis un tel péché, mais ce n’est pas une obligation.

L’interdiction de boire des substances intoxicantes et d’utiliser des drogues

Boire du vin est un péché majeur, même si l’on en consomme qu’une seule goutte. [Dhahabi, Kitab al-Kaba’ir] Cette décision est établie par le consensus des savants. Allâh dit dans le Coran :

« Ô vous qui croyez ! Les boissons alcoolisées, les jeux de hasard, les bétyles et les flèches divinatoires ne sont autre chose qu’une souillure diabolique. Fuyez-les ! Vous n’en serez que plus heureux ! Le démon n’a d’autre but que de semer, par le vin et le jeu de hasard, la haine et la discorde parmi vous, et de vous éloigner du souvenir de Dieu et de la salât. Allez-vous enfin renoncer à ces pratiques? » [La Table: 90-91]

« Ils t’interrogent sur le vin et le jeu de hasard. Réponds-leur : « Dans l’un comme dans l’autre, il y a un grave péché » [Baqara: 219].

Les Savants déterminent que la raison juridique pour l’interdiction de boire du vin est parce qu’il s’agit d’une boisson qui enivre. Ainsi, n’importe quelle boisson qui entraîne l’intoxication est également interdite à la consommation, comme beaucoup de boissons alcoolisées modernes. [Al-Asadi, al-Mujiz]

Fumer de la marijuana est également interdit « … car il corrompt l’esprit et détourne la personne du souvenir de Dieu et de la prière …» [al-Nakhlawi, al-Hadhr wa al-Ibaha]

Explication du Hadith

La prière est la meilleure forme de culte réalisée par l’organisme. Par conséquent, si elle n’est pas acceptée, ce qui est moindre que cela en terme de culte est également visé. La raison pour laquelle les 40 jours ont été spécifiés est parce que le vin (l’alcool) reste dans le corps, les veines et les nerfs durant ce laps de temps. [Al-Manawi, Fayd al-Qadir]

Acceptation des Prières

Les savants font une différence entre l’acceptation en termes de validité et l’acceptation en termes de récompense. L’acceptation en termes de validité signifie que l’on a effectué toutes les conditions de la prière, les piliers, et les actions nécessaires définies par les juristes. Par conséquent, la prière est valide et n’a pas besoin d’être refaite. L’acceptation en termes de récompense signifie que l’on peut avoir effectué la prière de manière correcte, mais que la récompense de sa réalisation dépend de la générosité d’Allah.

Le hadith précité indique que celui qui boit des substances intoxicantes ne recevra pas la récompense pour les prières effectuées pendant 40 jours, sauf si il se repent. Cela ne signifie pas que les prières ne sont pas valables et doivent être refaites parce qu’il manque une condition de validité. [Ibn al-Najar, al-Kawkab al-Munir] Au contraire, il démontre la beauté de l’Islam parce que même si l’on se fait du tord à soi-même, il y a encore de l’espoir pour le pardon et prendre un nouveau départ.

Allah dit dans le Coran : « Dis : « Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne désespérez point de la miséricorde divine ! En vérité, Allâh absout tous les péchés, car Il est le Clément et le Compatissant. » [Az-Zumar: 53]

S’engager dans la repentance

Si on commet un péché majeur, un repentir sincère est la seule chose qui peut l’absoudre. Un repentir sincère implique quatre conditions :

a. On arrête le péché,
b. On éprouve des remords pour l’action commise,
c. On prend la décision de ne pas recommencer, et
d. Si le péché implique les droits d’autres personnes, alors en plus du repentir à Allâh, il faut (selon le cas) rendre leurs droits ou demander pardon à ces personnes.

[Nawawi, Riyad al-Salihin]

Une personne ne devrait jamais désespérer de la miséricorde d’Allah à partir du moment où elle s’est sincèrement repentie. Il est le seul qui puisse nous pardonner le mal que nous avons commis de plein gré. Il est Pardonneur et Miséricordieux.

Allah le Tout Puissant dit dans le Coran :

« ceux qui, ayant commis un forfait ou une injustice envers eux-mêmes, invoquent Allâh pour Lui demander pardon de leurs péchés, car qui peut absoudre un pécheur si ce n’est le Seigneur? À ceux enfin qui ne persistent pas dans le mal, dès qu’ils s’aperçoivent qu’ils sont dans l’erreur. » [Ali Imran: 135]

« Implorez donc le pardon de votre Seigneur ! Revenez repentants à Lui ! » [Hud: 3]

« Ô vous qui croyez ! Que votre repentir à Dieu soit sincère !  » [At-Tahrim: 8]

Barak Allah fikum,

Ustadha Naielah Ackbarali

Partage